Votre explorateur ne permet pas de voir ce site : mettez le à jour SVP


Bulletin annuel d'information 2014

A Magny Les Hameaux

L’année a été marquée par plusieurs évènements à la fois conviviaux et festifs.

Certains adhérents marquent une pause, d’autres nous rejoignent, mais chaque fois que le besoin s’est fait sentir, les bénévoles se sont mobilisés pour assurer l’évènement.

C’est ainsi qu’en mai et octobre nous avons assuré une restauration délicieuse aux joueurs de poker lors de leurs tournois à Voisins le Bretonneux et à Magny les hameaux.

p1050561bis.jpg
p1050607.jpg
p1050629.jpg

Le mois de septembre est le moment de rendez-vous des associations, une convivialité à ne pas manquer lors du forum des associations.

La traditionnelle fête annuelle de l’association a eu lieu en octobre. C’était la 10éme tout de même, il faut tenir le souffle ! Et du souffle, Jean Noël BERTRAND en a. Il nous l’a fait entendre et voir avec ses amis de Metisko.

img_4010.jpg
dsc_5467.jpg
dsc_5458.jpg

Notre partenaire, Les Amis de l’Estaminet nous garde toujours une place au chaud lors de ses matinées de commerce équitable, mais cette année nous n’avons pas pu assurer par manque de temps. Rendez-vous vous y est donné en 2015 dès le 7 février.

Une autre association, VESTIAIDE, ne manque jamais de nous aider annuellement.

Opération Paquets Cadeaux

Le 26 novembre 2014, Mme Danièle ROSSI, présidente de l’association ALIMA, passait le témoin à Vivre au Village Solidarité Nord Sud pour assurer la continuité des emballages paquets cadeaux dans la boutique éveil et jeux OXYBUL de SQY. Il a fallu immédiatement rencontrer la directrice du magasin, présenter l’association, signer la convention, coller les affiches des activités de VAVSNS et assurer le roulement sur le planning déjà établi par Jean Philippe DUCHATEL.

Ainsi Jean Philippe réactualisait au jour le jour le planning selon la disponibilité des amis, adhérents et sympathisants.

Pendant 14 jours, Jean-Philippe, Alain , Rémy, Jacques, Jean-Bernard, Yannick, Lise, Iman, Jocelyne, Danièle et Guérigonde se sont relayés pour assurer la permanence selon le calendrier établi.

Un grand merci à tous pour votre disponibilité et votre enthousiasme, sans oublier la directrice d’OXYBUL et son équipe souriante et accueillante.

oxybul_5_12_2014bis_.jpg

A TAMALONG

Les actions se poursuivent comme nous l’explique le coordinateur dans son rapport annuel ci-dessous :

RAPPORT D’ACTIVITÉ 2014 à Tamalong

L’année 2014 a été marquée par une constance dans les volets d’activité de l’association, même si l’engagement des membres n’a pas été optimal. Tous les domaines ont été actifs, du soutien scolaire à l’exploitation du véhicule en passant par l’agriculture et l’éducation sanitaire. L’expérience ainsi acquise permet à l’association d’envisager des nouvelles perspectives allant dans le sens de l’amélioration de l’existant et de l’innovation.

Des difficultés liées à l’insuffisance de l’esprit communautaire ont aussi émaillé le déroulement des activités, principalement le transport et dans une certaine mesure l’éducation sanitaire. Le présent rapport nous offre un aperçu général  des activités telles qu’elles ont été mises en œuvre.

Le soutien scolaire

En plus du soutien pour la prise en charge du maître vacataire de l’école de Tamalong, des manuels scolaires au programme ont été offerts aux deux écoles publiques de Tamalong et Dikoñop. Toutefois, on a noté une baisse des efforts d’encadrement à l’école de Tamalong, de la part des enseignants, mais aussi de la part des parents. Ce qui se manifeste par une baisse de la fréquence des séances de bibliothèque entre autres.

Par contre, la dynamique à l’école de Dikoñop est plus encourageante. Un espace au sein d’une salle de classe a été aménagé en bibliothèque. Les anciens manuels scolaires y sont conservés et les écoliers les consultent régulièrement.

Pour payer les enseignants (nouveaux), les écoliers , aidés de leurs parents ont créé un champ de manioc sur le vaste terrain derrière l’école. Les revenus issus de la vente de ce manioc serviront à payer les enseignants qui ont postulé à l’école de Dikoñop. Les parents tiennent à l’éducation de leurs enfants et s’organisent comme ils peuvent. Depuis un bon moment l’éducation nationale n’embauche plus ses instituteurs à la sortie de leurs écoles. Ces derniers doivent se trouver leur boulot pendant deux ans en moyenne, payés ou pas. Après deux ans d’ancienneté, ils peuvent constituer un dossier en espérant se faire embaucher par l’éducation nationale.

p1050773.jpg
p1050784.jpg

A Dikoñop, il y a ainsi deux instituteurs en poste à la charge des parents et leurs enfants.

Les activités agricoles.

Une certaine constance a été observée au niveau des récoltes et de la mise en place des nouveaux champs. Les spéculations n’ont pas beaucoup varié aussi bien au niveau des cultures vivrières (plantain, macabo, arachides, manioc, igname), qu’au niveau des cultures de rente (cacao, palmier à huile). La petite innovation a porté autour de la pratique de la culture du pistache. L’expérience est à renouveler. La jeune cacaoyère mise en place en 2010 a donné ses premières fleures c’est une source d’espoir et de motivation pour ceux qui se sont engagés pour la culture du cacao. Les efforts d’entretien et d’extension sont en cours, ainsi que la préparation des nouvelles parcelles.

dsc01588_.jpg
dsc01962.jpg
dsc01538.jpg
dsc01964_.jpg

Education sanitaire

Des séances d’éducation sanitaire portant sur l’hygiène corporelle et environnementale, la prévention des MST ont eu lieu. Une campagne de lutte contre le paludisme a été organisée. Ainsi, trois ateliers d’information et de sensibilisation ont été tenus au CESC de Tamalong, lesquels ont fait l’objet de rapports distincts. Il est à noter pour le déplorer que certains participants à ces ateliers ont refusé de payer leur participation financière (environ 3€ pour 10€ la pièce) pour l’acquisition d’une moustiquaire. Ils veulent tout gratuit ! Toutefois, la majorité a adhéré et dort désormais en sécurité sous des moustiquaires pré imprégnées.

dsc01553bis.jpg

Exploitation du véhicule

L’exploitation du véhicule se poursuit au mieux et constitue un énorme soulagement au souci d’évacuation et d’écoulement des produits agricoles récoltés. Même en l’absence de chiffres, le bénéfice de la disponibilité d’un véhicule adapté est perceptible parce que les produits ne périssent plus après la récolte et bien plus, arrivent à l’état frais au marché, ce qui les valorise. Toutefois, les difficultés persistent, à savoir : les retours à vide du véhicule, le non respect des rendez-vous ou du calendrier de transport par les producteurs ou revendeurs, le coût très élevé des pièces de rechange, etc. Il en résulte un besoin de  révision de la stratégie d’utilisation du véhicule pour avancer vers les objectifs de rentabilisation et de pérennisation.

Difficultés et perspectives

En résumé, les difficultés rencontrées sont de trois ordres :

  1. L’inertie de la majorité
  2. La volonté insuffisante à mobiliser leur participation
  3. Le non respect du calendrier ou des rendez-vous de transport.

Depuis septembre 2014, le 4X4 est complètement immobilisé en attente de grosses réparations.

Quelques personnes mal intentionnées dans le village agitent les autres en diffamant le coordinateur « qu’il leur a volé la voiture ». Ils ne comprennent pas que le véhicule soit abrité dans un garage en attendant d’être réparé. Ce sont les mêmes qui ont refusé de donner leur participation financière à l’acquisition du 4X4.

Au centre éducatif et socioculturel, une nouvelle équipe de gestion sera reconstituée.

Certains membres volontaires présentés en 2012 ont laissé tomber leurs responsabilités : le responsable de l’entretien du site, celui de l’environnement et de l’agriculture. Quand à la responsable de l’alphabétisation, elle peine à réunir ses « vieux écoliers » sous l’arbre.

Toutefois, il y a un renouvellement de la population dans le village, de jeunes adultes qui ont quitté la ville. Ils s’engagent dans les activités agricoles. Il nous semble important de consolider ce groupe à travers un soutien agricole approprié.

En perspective pour 2015, en plus de l’ordinaire un accent particulier sera mis sur la culture de la banane plantain et l’introduction de la culture de l’ananas.

Des séances d’éducation sanitaire seront dispensées directement aux écoliers dans les deux écoles sur le thème de « l’infestation de l’homme par les vers intestinaux ».

Fait à Tamalong, le 27 décembre 2014

Le Coordinateur Marc BILLONG

---------------------

Je me suis rendue à Tamalong en décembre. J’en ai profité pour remettre aux deux écoles de Tamalong et Dikoñop les manuels scolaires fraîchement livrés.

p1050737.jpg
p1050766.jpg

J’ai également réceptionné sur place à Douala le colis de livres que nous avions envoyé à la fin du mois d’octobre par fret maritime ; 80kg de livres pour enfants pour la bibliothèque du centre éducatif et socioculturel.

Il était temps d’alimenter la bibliothèque car les enfants avaient fait le tour de ceux que nous avions apportés en 2012.

p1050709bis.jpg
p1060048bis.jpg

Projection

En 2015, nous espérons financer la construction d’un puits d’eau potable sur le site du Centre éducatif et socioculturel.

Une campagne de sensibilisation des écoliers dans les écoles de Tamalong et Dikoñop sur l’infestation de l’homme par les vers intestinaux est en cours d’élaboration.

A moyen terme

  • Finition de la dalle dans toutes les pièces du CESC
  • Equipement de la bibliothèque en meubles fermants pour protéger les livres
  • Définir un projet sur le partenariat culturel.

Nos remerciements à tous les adhérents, les partenaires, les amis, les sympathisants de VAVSNS qui font avancer les choses.

A bientôt pour d’autres nouvelles.

Fait à Magny Les Hameaux, le 10 janvier 2015

La Présidente de VAV-SNS

Guerigonde HEYER


 
< Précédent   Suivant >
206-2013 - Vivre au Village -solidarité Nord Sud- | Nous écrire | Plan du site | Login | Privé